Et toi, t’en penses quoi ?

Théorie

Premièrement, tout embonpoint à l’adolescence ne veut pas dire "obésité". Il faut souvent dédramatiser les kilos superflus des adolescents, sauf si l’excès de poids est une réelle obésité. Un léger excès de poids peut rapidement disparaître chez l’adolescent avec la croissance qui est grande consommatrice d’énergie. Il faut ajouter que l’évolution du corps varie en fonction du sexe. Enfin, la puberté entraîne déjà naturellement une prise de poids.

Que dire alors au jeune qui souhaite entreprendre un régime amaigrissant?

Tout d’abord que les régimes des magazines sont fortement déconseillés.  Régimes à base de soupe, d’ananas, d’aliments soufrés, de céréales, de yaourts,… sont pléthore dans la presse féminine. La plupart de ces magazines avouent même augmenter fortement leurs ventes dès qu’un régime minceur est annoncé en couverture.

En règle générale, ces régimes amaigrissants font perdre beaucoup d’eau, peu de graisse et surtout déséquilibrent le corps, qui reprendra ses kilos tout aussi vite dès l’arrêt du régime.  De plus, s’ils sont suivis sur une longue période, ils peuvent causer de plus ou moins graves carences (manques de calcium, fer, vitamines, protéines, glucides, graisses essentielles…), du fait de l’exclusion de certaines catégories d’aliments.

La seule solution réellement fiable et durable est d’adopter une alimentation saine, équilibrée et adaptée énergétiquement à ses besoins. Une alimentation qui respecte donc la pyramide alimentaire.

A cela vient évidemment s’ajouter la pratique d’une activité physique régulière (30 minutes par jour) ou d’un sport régulier et adapté.

Si, malgré ces conseils, le jeune veut tout de même faire un régime amaigrissant, il est alors conseillé de consulter un spécialiste (diététicien, nutritionniste reconnu, médecin).

L'effet "yoyo"

Afin de perdre du poids, la tentation est forte de sauter des repas, de se priver d'aliments comme les féculents ou d’opter pour un régime farfelu trouvé dans un magazine.  Mais cela peut avoir tout l’effet contraire ! L’organisme ayant été privé d’une alimentation  complète aura tendance par la suite à stocker l’énergie sous forme de graisse par peur des manques à venir. Lorsque l’organisme n’est plus au régime, le corps risque donc de reprendre de nouveaux kilos, voire davantage. C'est ce que l'on appelle l'effet "yoyo" (perte de poids et reprise plus importante).

Le végétarisme : un mode alimentaire

Ce mode alimentaire a tendance à se répandre, en particulier chez les jeunes.  Certains trouvent là un respect de leurs valeurs et de la vie en général.

Cela consiste à exclure de son alimentation la famille des viandes, des volailles et parfois les œufs et le poisson.  Certains n’excluent par contre que la viande rouge, plutôt par dégoût.

Ce mode alimentaire n’est pas idéal mais il peut être équilibré si l’on apporte des protéines par des associations de céréales et de légumineuses.  Si possible, on conseillera également de conserver malgré tout la consommation d’œufs et de poisson.  Cependant, bien équilibrer ce mode alimentaire peut s’avérer fastidieux et nécessiter les conseils d’un professionnel.  Un végétarisme « sauvage » peut en effet devenir dangereux car des carences en fer, en vitamine B12 et en protéines peuvent apparaître assez rapidement, en particulier chez ceux qui utilisent le végétarisme comme un régime amaigrissant.

Inscrivez-vous à notre newsletterDécouvrez les outils éducatifs d'Infor Santé