Et toi, t’en penses quoi ?

Théorie

Sourire, dentiste et santé des dents…

Globalement, le niveau de santé dentaire chez les enfants et adolescents est assez bon en Belgique. Mais conserver ce niveau implique un renforcement de la prévention et une attention continue.

Parler, sourire… La santé bucco-dentaire joue un rôle important dans la construction et la stabilité de l’estime de soi chez les adolescents comme chez les adultes. Leur sourire et leur santé dentaire auront un impact sur leurs relations sociales et amoureuses, sur leur estime d’eux aussi. 

De fait, le sourire est l’une des premières choses que l’on remarque sur le visage d’autrui. Avoir des dents abîmées et mal soignées peut avoir, au fil du temps, un impact sur le bien-être psychologique et social. Or, l’adolescence est une période critique pour la santé bucco-dentaire : les messages de santé dentaire qu’ils ont entendus depuis l’école maternelle et primaire ne sont plus adaptés aux adolescents, et ces derniers ont même tendance à faire de la résistance.

Leur besoin d’autonomie et la distance qu’ils prennent face à l’autorité des adultes peuvent engendrer une moins bonne hygiène dentaire au quotidien. S’ajoute encore la consommation d’aliments et boissons nocifs pour les dents (snacks, sodas, alcool…), et une baisse de fréquentation du dentiste. A ce sujet, la fameuse « peur du dentiste » mène encore la vie dure (peur d’avoir mal, peur du jugement du dentiste sur des dents en mauvais état, peur d’avoir de mauvaises nouvelles, peur du coût financier …). Celle-ci se mêle à des représentations hétérogènes de ce que signifie « aller chez le dentiste » : attendre de souffrir ou y aller même quand tout va bien ? 

On aura compris que les ados ne partent pas tous avec le même bagage dentaire. Ils n’ont pas suffisamment conscience que si leurs dents sont en (relativement) bonne santé aujourd’hui, elles ne vont pas le rester, et qu’en prendre soin quotidiennement est essentiel…

Les incontournables en matière de santé dentaire

Le premier réflexe à adopter pour avoir de bonnes dents est le brossage deux fois par jour avec un dentifrice le plus simple possible. Se rajoutent encore l’usage du fil dentaire ou de brossettes interdentaires, pour parfaire le nettoyage. Le bain de bouche n’apporte quant à lui pas grand-chose, si ce n’est rafraichir l’haleine. Il doit donc être utilisé parcimonieusement et ne remplace en aucun cas le brossage. Le second réflexe est la visite annuelle chez le dentiste (en préventif - détartrage par exemple -, ou en curatif - traitement des caries etc.).

Bien qu’on le leur répète depuis des années, l’hygiène n’est pas toujours au RDV chez les ados, et tout ce qui touche à la « prévention » les interpelle moins, ces derniers se pressentant comme « indestructibles », ce qui est un sentiment propre à leur âge. Ce n’est donc pas parce qu’ils connaissent les consignes qu’ils les appliquent…

Le mythe des dents blanches

Les jeunes sont particulièrement concernés par leur apparence… Les medias véhiculant des images de stars aux dents ultra-blanches et dont l’alignement est parfait, les ados tendent à coller au plus à cette image. Dans la réalité pourtant, nous ne sommes pas égaux: certains auront les dents naturellement blanches ou jaunes, bien alignées ou avec des défauts, et ce n’est pas forcément le signe d’un manque d’hygiène.

Pour tenter de répondre aux critères esthétiques de cette mode, il y a sur le marché de l’esthétisme des techniques de blanchiment dentaire plus facilement accessibles, mais pas forcément efficaces ni inoffensives… Par exemple, certains dentifrices et bains de bouche à effet dit « blanchissant » contiennent des substances chimiques en faibles doses (du peroxyde d’hydrogène notamment), non-nuisibles si utilisés aux doses recommandées. Plus chers que les produits classiques, ces produits sont en fait peu efficaces ou ne procurent qu’un effet d’optique très temporaire.

Quant au blanchiment dentaire, plus efficace, il est interdit aux mineurs. Il doit exclusivement être pratiqué en cabinet dentaire à cause de la nuisibilité des produits chimiques utilisés.

Nouveaux sur le marché, les fameux « bars à sourire » ou les instituts esthétiques qui proposent des traitements en quelques minutes souvent très chers sont donc également interdits aux ados, et leur efficacité est mise en doute…   

Les adolescents sont-ils conscients que, bien souvent, les stars ont vu leur bouche fortement remaniée par leur dentiste moyennant de gros budgets ? Et que les images publiées sont quasi systématiquement retouchées ? Il vaut donc mieux en revenir aux bases avec les ados : un brossage 2 fois par jour et un bon détartrage pourront progressivement faire disparaitre une coloration superficielle. Ensuite, travailler avec les jeunes sur l’estime de soi d’une part, et augmenter leur esprit critique face aux images véhiculées par les média, d’autre part, constituent 2 clés de premiers ordre en matière de santé bucco-dentaire.

Les ados : le choix de comportements parfois nuisibles

Certains comportements et aliments peuvent détériorer les dents et la bouche : la consommation de drogue, l’alcool, le tabagisme, les boissons acides, mais aussi les céréales de déjeuner très sucrées, le café et le thé, les chips, les sauces et plats préparés, les sodas mêmes lights … sont agressifs voire nocifs à cause des acides, sucres ou colorants qu’ils contiennent. Le grignotage est également néfaste car il maintient des pics d’acide dans la bouche… Faire prendre conscience aux jeunes que ce qu’ils consomment influence la santé de leur bouche est donc important.

Des soins  100% remboursés jusqu'au 18e anniversaire

Les visites préventives et tous les soins (hors orthodontie) sont totalement remboursés par les mutualités jusqu’au 18e anniversaire. L’aspect financier ne devrait donc pas être un frein à des dents bien soignées.

Beaucoup plus d’infos sur la santé dentaire : http://www.mc.be/mes-avantages/soins-dentaires-dento/dento/conseils/index.jsp

Inscrivez-vous à notre newsletterDécouvrez les outils éducatifs d'Infor Santé