Et toi, t’en penses quoi ?

Théorie

"L'eau, ça coule de source"

L’eau constitue 60 à 70% de notre organisme.  Chaque jour, le simple fait de respirer, de transpirer, d’uriner ou de digérer nous fait perdre 1,5 à 2 litres d’eau qu’il est  nécessaire de  compenser. Une perte hydrique de 5 à 10% du poids du corps est suffisamment grave pour entraîner l'apparition de troubles sérieux.

L’eau assure de nombreuses fonctions métaboliques : le transport des nutriments vers les cellules, l’élimination des toxines, la régulation thermique du corps,... Elle pourvoit largement à nos besoins en minéraux (calcium, magnésium, sodium).

Quelle quantité d'eau faut-il boire?

L’apport hydrique total quotidien doit atteindre en moyenne 2 à 3 litres. L’eau prise sous forme de boisson doit au moins représenter 1 litre à 1.5 litre. Cet apport sera complété par l’eau contenue dans les aliments (légumes, fruits, …) que nous consommons quotidiennement. Il sera plus élevé en cas d’effort physique ou lors de fortes chaleurs.

Il est primordial de boire régulièrement tout au long de la journée et non pas uniquement lorsqu’on a soif ! La sensation de soif est un signal d’alarme qui indique que le corps manque d’eau, ce qui peut occasionner à long terme de la fatigue, de la constipation, voire un desséchement de la peau.

Certaines personnes, plus sensibles, doivent boire davantage : c’est le cas  des jeunes enfants (qui ne savent pas toujours dire qu’ils ont soif) et  des personnes âgées (qui ne ressentent plus la sensation de soif).

Quelle eau choisir?

Qu’elle soit en bouteille ou du robinet, l’eau se doit de répondre à des critères très stricts garantissant sa potabilité. En Belgique, l’eau du robinet est le produit alimentaire le plus contrôlé. Sa qualité fait l’objet d’une surveillance constante. Il s’agit donc d’un produit sain et de bonne qualité.

Toutes les eaux sont bonnes mais chacune possède des propriétés particulières.

L'eau du robinet

Elle peut provenir de sources, de nappes d'eau profondes (nappes phréatiques), de rivières, ou des trois à la fois.

Elle n’est pas particulièrement riche en minéraux ni en oligoéléments mais elle en contient (calcium, sodium, potassium,…) en petites quantités qui varient d’une région à l’autre et tout au long de l’année. Ce taux minéral appelé « dureté de l’eau » influence le goût et la couleur de celle-ci. Par exemple, une eau riche en calcium sera « calcaire » et légèrement blanchâtre.

L’une des critiques les plus souvent faites à l’eau du robinet est son occasionnel goût de chlore.

Ce goût est une conséquence du traitement de potabilisation de l'eau. Le chlore permet en effet de détruire les micro-organismes présents dans l’eau brute captée, puis de prévenir leur développement lors du transport de l’eau dans les canalisations. Pour supprimer ce goût, il faut favoriser le dégazage du chlore contenu dans l’eau. Il suffit de laisser  reposer l’eau dans une carafe ouverte, de préférence au frigo. Il est également possible d’aromatiser l’eau avec du jus de citron ou quelques feuilles de menthe.

Au niveau du coût, l’eau du robinet reste la plus intéressante.

Les eaux de source

Ce sont des eaux issues de sources souterraines qui sont bactériologiquement et chimiquement saines. Qu’elles soient plates ou gazeuses, elles sont embouteillées sans subir de traitement purificateur puisqu’elles sont saines à la sortie de la source.

Les eaux minérales

Ce sont, tout comme les eaux de source, issues de sources souterraines bactériologiquement et chimiquement saines. Elles ne subissent aucun traitement et sont embouteillées à la source. Leur composition en minéraux et oligo-éléments est constante et elles ont été reconnues d’intérêt public pour la santé humaine. Certaines sont très riches en minéraux, d’autres au contraire en contiennent peu. Les eaux fortement minéralisées peuvent se prévaloir d'allégations de santé. Certaines affichent donc des propriétés "bénéfiques pour la santé". Selon leur composition, elles peuvent donc être recommandées en fonction de certains besoins.

On peut classer les eaux minérales en fonction de leur minéralisation : pour la connaitre, il suffit de  regarder le «résidus sec » sur l’étiquette (cet indicateur exprime le taux de minéraux recueillis après évaporation d'1litre d'eau soumis à 180 °C).

  •  Les eaux faiblement minéralisées : elles contiennent moins de 500 mg de minéraux par litre, elles peuvent être consommées régulièrement par tous. Elles sont également  recommandées pour la préparation des biberons.
  •  Les eaux moyennement minéralisées : elles contiennent entre 500mg et 1500mg de minéraux par litre.
  •  Les eaux fortement minéralisées dont la densité est supérieure à 1500mg de minéraux par litre.
  •  Les eaux pétillantes naturelles ou par ajout de gaz. Elles n’ont pas de propriétés particulières mais elles peuvent provoquer  des ballonnements ou, au contraire chez certains, aider à digérer.

Conservation

Il est conseillé de stocker l’eau à l'abri de la lumière et de jeter une bouteille ouverte depuis plus de deux jours.

Envie de faire un geste pour la planète ? Plutôt que d'acheter des bouteilles d'eau en plastique, des berlingots et/ou des canettes qui produiront une quantité importante de déchets, pourquoi  ne pas s'équiper d'une gourde ? Non seulement, cette solution représente une économie non négligeable pour le portefeuille mais elle permet de varier les boissons (eau du robinet, jus de fruits, grenadine…) même si rappelons-le, l’eau est la seule boisson indispensable !  

Les boissons sucrées

Ce n’est pas faute de le répéter, l’eau est la seule boisson indispensable à la santé. Le surpoids et l’obésité sont un réel problème dans notre société actuelle mais la consommation de boissons sucrées ne cesse pourtant d’augmenter.

Sodas, nectars de fruits, sirops,… Le choix est vaste ! Se désaltérer quotidiennement de tels breuvages comporte des risques pour la santé (surcharge pondérale, diabète, etc.).

Quelques bonnes raisons de ne pas en abuser

Une cannette de soda (33cl) contient l’équivalent de 7 morceaux de sucre alors que l’apport nutritionnel recommandé par jour  est de l’équivalent  15 morceaux (soit 90g/jour). Cela signifie qu’en ingérant l’une de ces boissons, le consommateur a déjà atteint la moitié de sa dose de sucre quotidienne !

  •  L’augmentation du syndrome métabolique : D’après une récente étude américaine, les enfants qui consomment régulièrement des boissons sucrées sont 14% plus nombreux à développer un syndrome métabolique. Ce syndrome qui regroupe différents symptômes (obésité abdominale, taux trop bas de bon cholestérol, hypertension,…) mène souvent à des problèmes cardiovasculaires ou à un diabète de type 2. Le principal responsable étant le fructose (composant du saccharose= sucre présent en grande quantité dans ces boissons).
  •  L’effet néfaste sur les dents : Lorsque l’on consomme des sodas, une forte concentration de glucides simples (fructose, saccharose, glucose) se retrouve sur les dents. Ces glucides fermentent par l’action de bactéries et dissolvent l’émail des dents ce qui cause de nombreuses caries.
  •  Un apport nutritionnel quasi nul : En effet, ces boissons contiennent peu ou pas de vitamines, de minéraux, de protéines, de fibres ou d’autres éléments essentiels. On les appelle « les calories vides ». Par contre, on y retrouve des additifs comme des arômes, des émulsifiants, des conservateurs et des colorants alimentaires,… Bref de nombreux ingrédients dont on se passerait bien ! Notons également que l’ajout de caféine dans certaines boissons a des propriétés diurétiques.

Voici ce que contient quelques-unes des boissons sucrées les plus courantes...

Les sodas

sont aromatisés aux extraits naturels de citron. Composés d’eau gazéifiée, ils apportent en général 110g de sucre par litre. On y ajoute également différents extraits végétaux, aromatiques, acide citrique et colorants selon la marque.

Les colas

sont des sodas enrichis d’extraits de plantes, de noix de cola et de caramel qui leurs donnent cette couleur brune si particulière. Ces boissons contiennent également de la caféine, un excitant qui peut causer des insomnies.

Les tonics et les bitters

sont des sodas enrichis d’extraits d’orange amère ou de citron vert, parfois aromatisés d’autres extraits végétaux comme le quinquina. Ce dernier contient de la quinine, un excitant du cœur dont elle accélère les mouvements. C’est pourquoi ces boissons sont déconseillées aux enfants.

Les sirops 

Malgré leur apparence parfois trompeuse, ce sont des boissons sucrées au même titre que les autres. Une dose de sirop mélangée à de l’eau donne une boisson sucrée qui contient autant de sucre qu’une boisson sucrée du commerce. De plus, ils habituent les enfants au goût sucré.

Les nectars de fruits 

Il s’agit de purées de fruits concentrés additionnées d’eau et de sucre. Mieux vaut choisir un jus de fruits sans sucre ajouté !

Les sodas light : une alternative aux boissons sucrées ?

L’avantage des boissons lights, c'est le très faible apport en calories, proche de zéro. Donc d’apparence, même si on boit "sucré", on ne consomme pas une seule calorie supplémentaire !

Par contre, contrairement à l’eau, ils entretiennent l’attirance pour le goût sucré ce qui peut entrainer davantage de grignotages.  Ce qui prouve encore une fois que l’eau est la seule boisson indispensable !

Inscrivez-vous à notre newsletterDécouvrez les outils éducatifs d'Infor Santé