Et toi, t’en penses quoi ?

Le savoir-faire

Avant le débat

Fixez les objectifs

Reportez-vous à la théorie de votre sujet et essayez de vous approprier les objectifs. Ils représentent le « résultat » que vous souhaitez obtenir à l’issue de l’animation. Lors d’un débat, les objectifs sont essentiellement qualitatifs (amélioration de l’esprit critique, prise de recul par rapport à certains comportements,…).

Préparez vos supports et pensez à vous munir de tout le matériel nécessaire à l'animation

Via www.et-toi.be, vous pouvez imprimer un dossier comprenant:

  •  La théorie de la thématique que vous souhaitez traiter (maximum 2 thématiques par dossier)
  •  Une explication des phrases que vous avez sélectionnées
  •  Vos fiches d’animation prêtes à l’emploi

N'oubliez pas de faire autant de copies de vos fiches d'animation que de sous-groupes!

Munissez-vous également de vos mémos et résumés, et d’un support pour noter éventuellement les notions importantes, les idées qui ressortent (un tableau, un panneau mobile,…), bics, marqueurs, feuilles de papier,… Prévoyez aussi un support pour afficher les règles de fonctionnement (le cadre de travail).

Préparez la salle

Pendant le débat, vous aurez besoin de place. Essayez de dégager l’espace un maximum et de ne garder que le mobilier nécessaire (repoussez les tables vers les murs, par exemple). Pour « Et toi… », l’animation nécessite de pouvoir mettre le groupe en disposition de débat en grand groupe (si possible en cercle) et en petits groupes (groupes de 5 personnes autour d’une petite table). Changer la disposition habituelle de la classe permet également de « casser » l’image psychologique de la salle de classe et de se mettre ainsi dans un autre environnement.

Pendant le débat: les étapes et conseils importants

Les étapes d'un débat

  1.  Accueillir le groupe, installer un climat convivial.
  2.  Introduire l’animation en annonçant le sujet, les objectifs poursuivis, la forme de l’animation et son déroulement.
  3.  Présenter les règles de fonctionnement (aussi appelé cadre, décrit ci-après). Celles-ci doivent être visibles tout au long de l’animation (affichées, projetées,…). Le groupe doit marquer son accord. On peut laisser l’occasion au groupe de compléter les règles ou de les repréciser (optionnel).
  4.  Donner les consignes de « travail » et s’assurer qu’elles sont comprises.
  5.  Lancer le débat
  6.  Prendre note des idées importantes, des questions, afin de les réutiliser le moment opportun (au moment de faire la synthèse des discussions notamment)
  7.  Faire la synthèse du cheminement du groupe en reprenant les différents points abordés, les énoncer sans rentrer dans les détails. Cela permet de fixer l’information.
  8.  Conclure en résumant quelques points forts, sans chercher un consensus.
  9.  Ne pas redonner la parole après la conclusion.
  10.  Faire l’évaluation du débat en fin de séance.
  11.  Remercier les participants pour leur collaboration en valorisant leur efficacité.

Les règles de fonctionnement

Expliquer au groupe le cadre du débat.

L’animateur doit en être le gardien. Chaque débordement, digression peut être recadrée en faisant simplement références aux règles qui ont été fixées et qu’ils ont acceptées.

Un comportement excessif doit être recadré. A chaque animateur de trouver le moyen le plus approprié. Une exclusion n’est probablement pas une solution à privilégier, même après des remarques répétées. D’autres moyens peuvent être envisagés : confier un rôle particulier au fauteur de trouble (prendre note au tableau des idées émises,…), le faire argumenter les interventions,… Une autre alternative peut être de positionner le groupe comme juge : le groupe accepte-t-il le comportement du jeune, quelle est sa décision ?

La gestion du temps

Réussir un débat, c’est aussi tout simplement pouvoir le finir dans les temps ! Il sera donc plus que nécessaire de garder en permanence un œil sur votre timing.

  •  Ayez toujours à vue une horloge ou une montre
  •  Vous pouvez minuter précisément les différentes étapes de l’animation en la préparant
  •  Vous pouvez charger un jeune d’être le « maître du temps »
  •  Respectez les délais que vous vous êtes fixés
  •  Prévenez toujours les jeunes de l’évolution du temps ou des délais (« il reste encore 5 minutes puis on repasse en grand groupe », « encore deux questions puis nous passons à la conclusion », etc.)

Rester centré sur le sujet et sur les objectifs

Lors d’un débat, il est souvent facile de dévier du sujet.  L’animateur devra être particulièrement attentif afin de ne pas laisser le groupe partir dans des digressions sans fin.

Lorsqu’une digression de ce type survient, recadrez simplement le débat en rappelant le sujet abordé ainsi que les objectifs.  Le groupe n’est pas là pour discuter d’autre chose, sauf si cela intervient dans une argumentation et que ça mène à une réflexion en lien avec le sujet.

Si le sujet de la digression vous semble être important, vous pouvez toujours en prendre bonne note, et leur proposer de l’aborder ultérieurement.

Animer n'est pas donner cours

Le rôle de l’animateur de débat n’est pas de répondre aux questions. Il est de répercuter les questions au groupe, de les faire circuler, de faire rechercher des éléments de réponse au sein de ce groupe. Si une interrogation ne trouve vraiment pas de réponse et que celle-ci est nécessaire, l’animateur peut l’apporter lors de la synthèse du débat.

Essayez donc de toujours vous positionner comme un « simple » relais !

Pour l’animation « Et toi t’en penses quoi ? », les explications des phrases qui sont fournies dans votre dossier vous permettent d’identifier les sujets et notions que vous devez essayer de faire ressortir et, le cas échéant, de donner des éléments d’information lors de la synthèse. Ces explications ne doivent pas être utilisées telles quelles mais pondérées selon la situation, le débat en cours, le public.

Respecter les limites

La connaissance a des limites.  En tant qu’animateur, mieux vaut reconnaître son ignorance et proposer aux jeunes de chercher ultérieurement, que de tenter de répondre à une question épineuse. Un adulte qui reconnaît ses limites est d’autant plus respectable.

Du point de vue des techniques de communication et d’animation, l’animateur doit également connaître ses limites : jusqu’à quel point pouvez-vous supporter/gérer un comportement agressif ? Arrivez-vous à tenir un groupe particulièrement dissipé ?  En avoir conscience à l’avance permet de se préparer et de chercher les outils nécessaire afin de se mettre dans les meilleures conditions (techniques de gestion de conflit, de communication, revenir au cadre, aux objectifs, etc.).  Le cadre défini au départ avec le groupe sera notamment un élément déterminant pour aider l’animateur.

Inscrivez-vous à notre newsletterDécouvrez les outils éducatifs d'Infor Santé